Mittwoch, 2. Februar 2011

L'odeur de l'Inde

"Mais quelle longue route, il nous reste encore à accomplir!
Nos villages sont construits avec de la boue et avec de la bouse de vache, nos villes ne sont que d'informes marchés, faits de poussière et de misère.
Des maladies de toutes sortes nous menacent: la variole et la peste sont entre nos murs, comme les serpents.
Et tant de petits frères naissent chez nous que nous ne trouvons plus le moyen de nous partager une seule poignée de riz.
Qu'est-ce que nous pouvons faire?
Pourtant, dans cette tragédie, il nous reste quelque chose qui, si ce n'est pas de la gaieté, en est presque, c'est de la tendresse, une humilité envers le monde, de l'amour...

Avec ce sourire, toi, étranger chanceux, de retour dans ta patrie, tu te souviendras de nous, pauvres petits Indiens..."

Pasolini, Pier Paolo: "L'odore dell'India", 1962, übersetzt von de Ceccatty, René, 1984, S.101.

Kommentare:

  1. Da bleibt nur eins: wieder hinfliegen! Ich hab übrigens wunderschöne Portfolios zu Indien bekommen - und einen Film von terra-x - Indien. Musst du dir anschauen!

    AntwortenLöschen

Thanks for your opinion!